97217 Les Anses-d'Arlet - Martinique

All Posts

Notre 5ème année d’Instruction En Famille (IEF) va bientôt débuter !

Juillet 2020

A chaque famille son organisation !

En termes scolaires, chaque famille a sa pratique et son mode de fonctionnement, avec énormément de différences. Je ne détiens pas la vérité dans ce domaine. Cet article reflète notre vision personnelle, adaptée à nos enfants, nos valeurs et nos contraintes de vie.

 

Une structuration très cadrée de notre travail scolaire formel

Chez nous, notre plan de travail annuel se répartit en 24 semaines intensives (pas 34, car à l’école il y a de nombreuses journées où il y a des sorties, la préparation d’une kermesse, un cours de sport, un enfant malade ou autre). Chaque “semaine” comporte 14 séances de travail, et il faut avoir fait toutes les séances pour pouvoir démarrer la “semaine” suivante. Une “semaine” comprend 7 séances de Français, 3 de Maths, et 4 matières d’ouverture : gégraphie, histoire, sciences, anglais.

 

Une autonomie des enfants dans le choix des matières à l’intérieur de leur “semaine”

Chaque enfant choisit au fur et à mesure les matières de la semaine qu’il a envie de faire. A chaque enfant sa stratégie : Matéo alterne le Français avec les autres matières, afin de ne pas enchaîner trop de matières difficiles pour lui. Ethan quant à lui conserve toujours ses séances préférées pour la fin de “semaine” : les séances de lecture et les différentes matières d’ouverture en ce qui le concerne.

 

Un rythme très variable suivant les périodes de l’année

En fonction des périodes de l’année et de nos disponibilités, notre rythme de travail est très variable. Nous pouvons faire jusqu’à 4 séances de travail par matinée, et 4 ou 5 matinées par semaine. Chaque séance est toujours entrecoupée de 10 minutes de pause. A d’autres moments, les enfants font simplement une séance le matin avant 8h30, heure d’arrivée de nos clients. Actuellement nous tentons un “seulement 2 séances mais tous les matins” (ou presque).

 

A chacun son espace de travail

La première année, les garçons travaillaient tous deux côte à côte sur la table du salon intérieur. J’ai réalisé au bout de quelques mois que mon aîné suivait chaque séquence de son frère. Il s’amusait d’ailleurs à lui créer des cahiers d’école qui correspondaient très finement à la diversité de ce qu’Ethan faisait. Ils sont désormais dans deux pièces différentes : l’aîné sur la table extérieure dans le carré (où nous déjeunons), le cadet sur la table intérieure du salon. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’avoir une pièce dédiée à l’IEF.

 

Continuer à travailler l’autonomie dans leur travail

Avec une “classe” de seulement deux élèves, je suis une “maîtresse” extrêmement disponible. Cela a des avantages, par exemple pour travailler l’oralité en anglais. A mon sens, cela a généré chez nous aussi une dérive vers une moindre autonomie. Au fil des années, les enfants trouvaient “pratique” de m’appeler à la moindre difficulté, surtout mon aîné. Ils s’arrêtaient jusqu’à ce que j’arrive, y compris s’il fallait attendre un moment. Matéo pouvait ainsi m’appeler jusqu’à 10 fois pour une seule séance de travail de Français. S’il rencontrait une difficulté pour le début de l’exercice 1, puis le milieu dudit exercice, puis en démarrant l’exercice 3, il m’appelait trois fois. Il ne parcourait pas tous ces exercices pour recensait l’ensemble des points bloquants, chacun était à traiter au fur et à mesure.

J’ai travaillé la conscientisation du sujet, en empilant un jeton de poker à côté d’eux à chaque fois qu’ils m’appelaient. J’ai aussi fait le choix certains matins de partir prendre le café sur le bateau d’à côté pour les laisser travailler en autonomie certains temps. Par choix autant que par practicité, je m’organise pour ne pas être toujours disponible lorsqu’ils font école : je peux avoir des appels clients, gérer l’administratif de ma société, préparer le déjeuner.

 

Joie de vivre, bienveillance, confiance en soi et indépendance aux normes sociales dominantes

J’observe au fil des années que les enfants en IEF que nous côtoyons sont généralement des champions de bienveillance. A mon sens, le cadre collectif scolaire est souvent dur / violent, avec des moqueries, des effets de groupe ostracisant certains.

Mes enfants osent sortir de leur zone de confort, comme la semaine dernière quand Matéo a participé à mon cours hebdomadaire de yoga adulte. Il était le seul enfant, il a parfois “galéré”, mais il ne s’est pas posé la question de ce qu’en penseraient les autres. Quant à Ethan, il peut se faire des palmiers avec ses cheveux si ça l’amuse.

Je pense qu’en école à la maison, les enfants sont moins soumis aux normes sociales dominantes. Il nous est plus facile de les interroger et d’essayer de se forger ses propres convictions, y compris différentes de nos points de vue parentaux.

Débrouillardise et puissance de l’imagination !

Nos garçons ont l’habitude de s’organiser par eux-mêmes, avec un degré d’autonomie important.

Matéo a préparé nos dernières vacances avec moi : la recherche de notre logement sur internet, le contact avec le propriétaire par téléphone et par mail, le règlement de l’acompte par virement en ligne, la comparaison des différentes randonnées et visites, que nous avons ensuite planifiées sur les différents jours de la semaine, la budgétisation de nos vacances.

Ils savent tous les deux cuisiner des plats et des desserts en fonction de leurs goûts, avec leurs propres recettes : je ne connais pas les recettes que Matéo utilise pour la confection de ses quiches, ni les mélanges d’épices dont Ethan se sert pour ses purées maison, ou ses brochettes de poisson. Il gère d’ailleurs seul l’épluchage des carottes et patates, leur découpe avec son couteau, l’allumage du gaz et le temps de cuisson. Je m’occupe quant à moi de porter la cocotte (trop lourde) et de vider l’eau bouillante.

Une partie de cette autonomie provient bien sûr de nos valeurs éducatives, mais je suis convaincue que c’est aussi parce qu’ils ont davantage de temps disponible que les enfants passant leurs journées à l’école.

Leur socialité est ouverte sur le monde

Sont-ils devenus sauvages et déssocialisés ? C’est plutôt l’inverse ! Ils interagissent facilement et régulièrement avec une quantité impressionnante de nouveaux adultes et enfants, que ça soit nos clients, nos copains, des bateaux que l’on rencontre, des familles en IEF ou autre. Leur cercle de fréquentation ne se réduit pas à la vingtaine d’enfants de leur classe et les quelques adultes de l’école. Leur réseau est beaucoup plus développé (+ de monde), et d’une extrême diversité (culturelle, sociale, financière, générationnelle, géographique, linguistique).

Je m’organise pour les immerger régulièrement également :

  • Dans des groupes, des collectifs : sorties IEF, stages de cheval, de cirque, centres de loisirs, cours de natation, de tennis, etc.
  • Sur des temps sans nous : séjour en métropole chez les grands-parents, cours de guitare, nuitée chez des copains, etc.
  • En sortant de leur fratrie : participer à des activités ou sorties sans leur frère.

 

Le scolaire formel n’envahit pas notre quotidien

Nous ne faisons jamais école l’après-midi ou le soir, et nous ne faisons pas “rentrer” dans l’école nos autres activités familiales, que ça soit les activités manuelles avec Pandacraft pour Ethan, la Chimie de Matéo avec Mel Chemistry, nos divers jeux d’électricité, la rédaction d’articles de blog comme ce tuto de Matéo pour réaliser des cartes 3D personnalisées. Ceux-là sont faits simplement pour le plaisir, quand on en a envie. Il n’y a pas d’obligation.

 

IEF ne rime pas avec exposition accrue aux écrans

Nous n’avions déjà pas de TV à terre, alors encore moins en bateau. Les neurosciences montrent que les apprentissages faits sur ordinateur restent moins longtemps imprégnés dans nos cerveaux. Nous travaillons donc sur papier.

L’IEF donne beaucoup de temps libre, raison de plus à mon sens pour limiter les temps d’écran. Certains jours nous allons regarder un “C’est pas sorcier” ou un dessin animé, mais ce n’est pas dans notre quotidien.

Depuis quelques mois nous avons néanmoins introduits quelques d’apprentissages liés à l’écran. Ceux-ci ne font pas partie de l’école à proprement parler pour nous, et je compte rester extrêmement vigilante sur le temps consacré à ces sujets.

  • Bureautique : Matéo a réalisé 5 ou 6 sessions sur informatique dans le cadre de son école, apprenant quelques bases de bureautique et d’informatique (comprendre l’existence de différents moteurs de recherche, l’origine des informations, créer et enregistrer un document word ou ppt, insérer des photos, centre un texte, etc.). J’introduis actuellement quelques séances sur Excel.
  • Dactylo : Ethan a appris à taper à dix doigts avec le logiciel TapTouch, à raison de deux exercices par jour pendant 2 mois. Je recommande ! Il doit désormais se perfectionner pour accélerer, mais les bases sont acquises.
  • Programmation : Ethan s’est amusé quelques fois avec Scratch et je lui ai aussi offert le livre papier “J’apprends à programmer tout seul“.

Des sorties régulières avec notre groupe d’école à la maison

Nos sorties avec le groupe “IEF Martinique” s’effectuent tous les mois environ. Elles présentent un intérêt pédagogique certain, comme lors de notre visite du showroom EDF sur la Transition Energétique, du centre de tri de Martinique Recyclage ou de la Miellerie Saint Ange. C’est aussi l’occasion de retrouver les copains IEF, pour les enfants comme pour les adultes. Pour ceux qui se sentent isolés dans leur région, n’hésitez pas à lancer vous-même la dynamique ! Au fil du temps nous sommes de plus en plus nombreux sur ces sorties, et plusieurs mamans se sont mis à en proposer. Pour l’année 2020-2021, nous projetons déjà d’assiter au journal TV de la chaîne A TV, de participer à un nouvel atelier artistique de la Fondation Clément.

 

Manuels choisis pour le CM2

 

Manuels choisis pour le CE2 (Ethan)

 

Au plan administratif et des contrôles

Au plan administratif, il suffit d’envoyer un recommandé à l’inspection d’académie et un à la mairie, au premier jour de la déscolarisation (si en cours d’année) ou bien le jour de la rentrée scolaire. Personnellement, je trouve que pour ceux qui sont sûrs de faire l’école à la maison l’année suivante, autant envoyer ses courriers dès le mois de juin : cela donne davantage le temps de s’organiser au personnel de l’académie, pour répartir les enfants scolariés dans les classes de leurs secteurs notamment.

En terme de contrôle, la mairie doit en principe contrôler tous les 2 ans, et l’inspection d’académie tous les ans. Personnellement, je n’accorde pas grande importance à ce sujet, d’autant que nous consacrons du temps et de l’énergie autour des matières formelles. Un inspecteur a généralement du recul pédagogique, et il peut être source d’enrichissement et nous apporter des suggestions pertinentes.

 

Et pour la suite ?

Tant que ce mode d’instruction nous convient, pourquoi en changer ? Il n’y a pas de date prévue de “retour à l’école”, nous continuerons tant que cela convient à toute la famille !

 

N’hésitez pas à consulter tous nos articles de blog dans le menu “Equipe“, ou en cliquant sur les images ci-après :

Tuto de Matéo pour réaliser une carte 3D en papier
Pandacraft, ou comment apprendre en s’amusant ! – Manu et Martin autour du monde

Pandacraft, ou comment apprendre en s’amusant ! – Manu et Martin autour du monde

Notre petit reporter vous parle des activités qu’il adore : n’hésitez pas à commenter, il lit vos retours avec beaucoup d’intérêt !!! http://www.manu-autourdumonde.com/2020/03/pandacraft-ou-comment-apprendre-en-s-amusant.html Pandacraft, ou comment apprendre en s’amusant ! – Manu et Martin autour du monde D'Ethan, confiné avec sa…

Lire la suite